Le diagnostic

 

Il permet d’identifier les matériaux constitutifs et l’état de conservation du tableau, d’identifier ses altérations, d’évaluer les causes de sa dégradation afin de déterminer le type d’interventions nécessaires à sa conservation.
A la suite de l’étude approfondie de l’œuvre, les conclusions du diagnostic permet au restaurateur de mettre en place plusieurs possibilités de traitements afin de trouver celle qui respectera au mieux l’œuvre d’art. Ces propositions sont établies en accord avec le propriétaire.

 

Les principales interventions

 

  • Consolider (renforcer la structure du support)

  • Nettoyer (éliminer les éléments étrangers et sources d’altération)

  • Réintégrer (reprises couleurs et graphiques sur les lacunes du tableau)

  • Protéger (agir sur l’environnement de l’objet pour limiter tout risque d’altération)

 

La conservation préventive

 

La conservation préventive agit indirectement sur l’objet pour prévenir et retarder les altérations, en créant des conditions optimales pour la préservation de l’œuvre.

 

La restauration curative

 

La restauration curative a pour objet de restaurer certaines dégradations sur l’œuvre avant de commencer le traitement conservatif. Ces dégradations doivent être traitées impérativement avant le conservatif afin qu’elles n’empirent pas l’état du tableau.
 

La restauration conservative

 

Le restaurateur  intervient directement sur l’œuvre afin d’en améliorer l’état en stabilisant les altérations. Elle traite du support et des problèmes de cohésion entre les différentes couches stratigraphiques du tableau par des méthodes traditionnelles et modernes. Ces opérations de conservation assurent la survie du tableau ainsi que sa stabilité dans le temps, c’est est une étape indispensable avant  la restauration esthétique.

 

La restauration esthétique

 

La restauration esthétique consiste à améliorer la lisibilité d’une œuvre en respectant autant que possible son intégrité physique, esthétique et historique.


On distingue 3 types d’opérations :

 

  • Le nettoyage

  • Les opérations sur les vernis

  • La réintégration picturale


Ces opérations, superficielles ou non, ne sont pas nécessaires à la survie matérielle de l’œuvre (comme certaines opérations de conservation) mais le respect de l’œuvre et du public exige que soient supprimées les diverses trahisons apportées par les siècles et les hommes.

 

La réintégration picturale consiste à reprendre les couleurs et le graphismes d’une image sur les lacunes. C’est le dernier travail du restaurateur avant le vernis final. La retouche doit être stable et réversible.

Détail d'un portrait vu à la lumière ultra-violette: mise en évidence des repeints.

Mise en relief des déformations du support et des

des perforations.